Promotion des chasseurs-gestionnaires : la Somme multiplie les actions

Voilà encore une FDC pleine d’idées ! Dans la Somme, les chasseurs et les pêcheurs s’appliquent pour la troisième année consécutive à améliorer les espaces naturels de leur département.
On parle beaucoup de chasse durable, du chasseur non plus destructeur, mais gestionnaire, véritable acteur de l’équilibre et de la pérennité des milieux et des écosystèmes (voir à ce sujet le compte-rendu de notre dernier Colloque : http://sainthubertclubdefrance.fr/2014/02/05/gerer-le-territoire-le-gibier-et-les-hommes-de-nouvelles-ambitions-pour-les-acca/).

Pour mieux marquer les esprits de cette image qui a encore du mal à s’imposer, les membres de la Fédération Départementale des Chasseurs du 80 s’impliquent depuis 2012 : après l’opération Som’Prop menée les deux dernières années avec succès, où chasseurs et pêcheurs se sont alliés pour nettoyer la nature des déchets qu’on y trouve encore malheureusement bien souvent, 2014 est l’année de l’embellissement, avec le projet Som’Fleur. L’objectif est de planter et semer au sein même des milieux urbains, dans des espaces peu valorisés (ronds-points, bretelles d’autoroutes, etc.).

Et pour joindre l’utile à l’agréable, les espèces sélectionnées pour participer à ce nouveau projet sont toutes mellifères. De quoi participer à la sauvegarde de la faune pollinisatrice (principalement Diptères avec par exemple les Syrphes, Lépidoptères qui est la famille des papillons, et Hyménoptères : guêpes, bourdons et bien sûr nos chères abeilles) !
Espérons que ces belles initiatives sauront montrer les chasseurs samariens, comme les autres, tels qu’ils sont : des passionnés de nature.

Arrêté concernant la vénerie sous terre

Un nouvel arrêté concernant la vénerie sous terre a été publié au Journal Officiel du 20 Février. Il vient préciser les conditions de pratique de cette chasse, notamment concernant la prise et la mise à mort du gibier, et distingue la vénerie (chasse à courre, à cor et à cri) et la vénerie sous terre.
De quoi rappeler l’agitation autour des Ch’ti Fox Days (plus de précisions sur ce sujet ici : http://sainthubertclubdefrance.fr/2014/02/17/les-chti-fox-days-une-chasse-au-renard-qui-se-goupille-mal/ ).
Un article de complément au Guide Pratique et Juridique est à paraître dans la revue le Saint-Hubert.

JORF n°0043 du 20 février 2014 page 2978 NOR: DEVL1403762A
Arrêté du 17 février 2014 modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie
Le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie,
Vu le code de l’environnement, notamment ses articles L. 424-1 et L. 424-4 ;
Vu l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie ;
Vu l’avis du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage en date du 28 janvier 2014 ;
Vu la mise en ligne du projet d’arrêté effectuée du 21 janvier au 12 février 2014,
Arrête :

Article 1
A l’article 1er de l’arrêté du 18 mars 1982 susvisé, les mots : « La vénerie, qui comprend la chasse à courre, à cor et à cri, et la chasse sous terre » sont remplacés par les mots : « La vénerie, relative à la chasse à courre, à cor et à cri, et la vénerie sous terre, relative à la chasse sous terre ».

Article 2
L’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 susvisé est ainsi modifié :
1° Au deuxième alinéa, les mots : « pinces destinées à saisir l’animal » sont remplacés par les mots : « pinces non vulnérantes destinées à saisir l’animal au cou, à une patte ou au tronc » ;
2° Après le dernier alinéa, sont ajoutées les dispositions suivantes : « Si le gibier chassé sous terre n’est pas relâché immédiatement après sa capture, sa mise à mort doit avoir lieu sitôt l’animal capturé, à l’aide d’une arme blanche ou d’une arme à feu exclusivement.
Dans les vingt-quatre heures qui suivent la mise à mort du gibier chassé sous terre, l’équipage procède à la remise en état du site de déterrage.
Si au cours des opérations de déterrage la présence d’un spécimen d’une espèce non domestique dont la destruction est interdite au titre de l’article L. 411-1 du code de l’environnement est découverte dans le terrier, il est mis fin immédiatement à la chasse sous terre dans ce terrier.
Les championnats et compétitions de vénerie sous terre sont interdits.
Des journées de formation peuvent être organisées de la date d’ouverture de la chasse au 15 janvier. »

Article 3
A l’article 4 de l’arrêté du 18 mars 1982 susvisé, les mots : « Les chiens des équipages de vénerie » sont remplacés par les mots : « Les chiens des équipages de vénerie, tout comme les chiens des équipages de vénerie sous terre ».

Article 4
L’article 6 de l’arrêté du 18 mars 1982 susvisé est ainsi modifié :
1° Au premier alinéa, les mots : « Le directeur départemental de l’agriculture établit pour tout équipage dont le chenil est situé dans le département » sont remplacés par les mots : « Le préfet établit, pour tout équipage de vénerie ou de vénerie sous terre dont le chenil est situé dans le département » ;
2° Après le dernier alinéa, il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
« En cas de manquement grave aux prescriptions du présent arrêté ou à la réglementation en vigueur en matière de chasse ou de protection de l’environnement, l’attestation de meute peut être suspendue ou retirée par le préfet. »

Article 5
Le directeur de l’eau et de la biodiversité est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 17 février 2014

Le MEDDE renouvelle l’Agrément de Protection de l’Environnement de la FNC

Cette semaine, l’agrément d’association de protection de l’environnement de la FNC a été renouvelé pour cinq ans. Une formalité qui nous assure une fois encore, que notre passion, bien pratiquée, est un véritable bénéfice pour les milieux naturels. En effet, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a donné son feu vert pour ce renouvellement, jugeant du bon fonctionnement de la FNC et de la correspondance de ses actions à son objectif : la pratique de la chasse durable, dans le respect et pour la gestion de la faune sauvage et de ses habitats.
A ce jour, le nombre des membres directs et indirects de la Fédération Nationale des Chasseurs dépasse un million deux cent mille : saluons la bonne santé de la chasse en France !

JORF n°0041 du 18 février 2014 page 2787 NOR: DEVK1331054A
Arrêté du 10 janvier 2014 portant renouvellement de l’agrément de protection de l’environnement de l’association Fédération nationale des chasseurs (FNC)

Le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie,

Vu le code de l’environnement, notamment ses articles L. 141-1 et R. 141-2 à R. 141-20 ;
Vu l’arrêté du 3 mars 2011 portant agrément dans le cadre national de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) ;
Vu l’arrêté du 12 juillet 2011 relatif à la composition du dossier de demande d’agrément au titre de la protection de l’environnement, du dossier de renouvellement de l’agrément et à la liste des documents à fournir annuellement, notamment son article 2 ;
Vu la demande du 24 juin 2013 présentée à la préfecture des Hauts-de-Seine par la Fédération nationale des chasseurs (FNC), déclarée conformément à l’article 5 de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association, dont le siège social est situé 13, rue du Général-Leclerc à Issy-les-Moulineaux (92136), en vue d’obtenir le renouvellement de l’agrément au titre de l’article L. 141-1 du code de l’environnement dans un cadre national ;
Vu les avis du préfet des Hauts-de-Seine, du directeur régional et interdépartemental de l’environnement et de l’énergie d’Ile-de-France, respectivement du 19 septembre 2013 et du 6 août 2013, et celui, tacite, du procureur général près la cour d’appel de Versailles ;
Considérant que l’objet statutaire de la Fédération nationale des chasseurs concerne la protection de la faune, de la flore, la réhabilitation des animaux sauvages, la conservation du patrimoine naturel en général et la lutte contre toute atteinte portée à l’environnement naturel ;
Considérant que l’activité effective et publique de l’association concerne la protection d’espèces animales et des milieux naturels en ce qu’elle est chargée d’assurer la défense de la chasse, activité dont le caractère environnemental est reconnu dans l’article L. 420-1 du code de l’environnement, qu’elle élabore une charte de la chasse en France exposant la contribution de la chasse à la conservation de la biodiversité et qu’elle assure un rôle d’expert en matière de protection d’une partie de la faune sauvage ;
Considérant que cet objet et cette activité correspondent à plusieurs domaines énumérés à l’article L. 141-1 du code de l’environnement, à savoir la protection de la nature et la gestion de la faune sauvage et de ses habitats ;
Considérant que c’est à titre principal que la Fédération nationale des chasseurs œuvre pour la protection de l’environnement ;
Considérant que le nombre de ses membres directs et indirects, dépassant un million deux cent mille par l’intermédiaire, notamment des fédérations départementales des chasseurs, est suffisant eu égard au cadre national pour lequel elle sollicite l’agrément et que son activité porte sur l’ensemble de ce territoire ;

Considérant que le fonctionnement de l’association est conforme à ses statuts et que ceux-ci ainsi que son règlement intérieur permettent l’information de ses membres et leur participation effective à la gestion de l’association, que les garanties de régularité en matière financière et comptable sont suffisantes et qu’elle exerce une activité non lucrative avec une gestion désintéressée ;
Considérant que l’association a satisfait aux obligations annuelles définies à l’article R. 141-19,

Arrête :

Article 1
L’agrément d’association de protection de l’environnement dans le cadre national de l’association Fédération nationale des chasseurs (FNC) est renouvelé pour une période de cinq ans à compter du 1er janvier 2014.

Article 2
Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Les Ch’ti Fox Days : une chasse au renard qui se goupille mal

Aujourd’hui est l’ouverture de la cinquième édition des Ch’tis Fox Days, événement cynégétique organisé dans le Nord par la Fédération Départementale de Chasse (présidée par Jean Marc Dujardin) jusqu’au 23 Février. Si les quatre précédentes n’ont pas fait spécialement parler d’elles, on ne peut pas en dire autant de cette dernière, qui a provoqué un véritable tollé, initié par la Fondation Brigitte Bardot et repris par de multiples défenseurs de la cause animale. Articles indignés, propos injurieux à l’égard des chasseurs invités pour l’occasion à cette semaine de sensibilisation aux méthodes de régulation des prédateurs nuisibles (déterreurs, piégeurs, louvetiers, veneurs…), pétitions, et même une manifestation qui a rassemblé une moyenne de 1000 personnes à Lille.
Soutenus par le Préfet de département, monsieur Dominique Bur, ces âmes bien intentionnées dénoncent « le massacre programmé d’une espèce utile aux récoltes, prédatrice de rongeurs dévastateurs », la cruauté des procédés employés et l’ambiance festive qui entoure l’événement.

Ce fait divers départemental est très symptomatique d’une société où les chasseurs sont diabolisés et de plus en plus rejetés. Vus comme les cruels destructeurs d’une Nature sacralisée, et non comme des utilisateurs- protecteurs, il ne faut pas à mon avis, que les chasseurs négligent ce phénomène. Laisser dire, laisser faire, laisser penser, sont autant de pas vers l’interdiction de la chasse, et vers un déséquilibre de nos écosystèmes, qui ne fonctionnent pas sans l’Homme !

Pourtant, faut-il se montrer bravache et méprisant face à de tels élans anti-chasse ? Je préfère à ces attitudes contre-productives, prendre le parti de la pédagogie, ou du moins, de l’argumentation. Il va sans dire (mais rappelons-le tout de même) que le Saint-Hubert Club de France a toujours, depuis sa création, dénoncé et lutté contre les pratiques de braconnage. Nous voulons une chasse durable et responsable, dans le respect des prises, et nous condamnons les cruautés dont les plus fervents des anti-chasse accusent le monde de la chasse.
Si il serait impossible de nier l’existence de telles honteuses et barbares pratiques, l’évidence même est que la FDC du Nord ne les encourage pas via l’organisation d’un événement qui a pour objectif l’information, la formation, la sensibilisation des chasseurs aux thématiques de la faune dite nuisible. Le renard est, dans ce département, en surpopulation, comme le montrent le nombre de prises en forte hausse et les observations sur le terrain.
Le renard est un chasseur très utile lorsqu’il s’occupe de réguler les populations de rongeurs, qui s’ils prolifèrent sont de véritables plaies pour les agriculteurs. C’est aussi un très bon garant de la santé de ces populations herbivores, car en s’attaquant aux plus faibles, il supprime les individus malades, limitant ainsi les risques d’épidémies. Mais s’il vient à être en surpopulation, ce prédateur, non seulement est l’auteur de massacres dans les basse-cours, nuit au renouvellement de la petite faune sauvage au lieu de simplement la réguler, et est doté de l’inélégante habitude de fouiller les poubelles et tuer les chats, mais encore, il est porteur de maladies extrêmement graves et transmissibles à l’homme, comme par exemple l’échinococcose alvéolaire, une maladie mortelle attaquant le foie, et la néosporose, transmise aux élevages via le renard par un parasite et responsable de ravages chez les ruminants.

Nous savons aussi qu’une densité trop importante d’individus d’une population sur la même aire augmente considérablement la vitesse de propagation d’une maladie. En conséquence il est important, et urgent pour le cas du département concerné, de gérer les populations par la régulation, avec efficacité, rapidité et dans le respect de l’animal.
Il est probable que nous ne convaincrons jamais Brigitte Bardot et ses suiveurs, tout comme ils ne nous persuaderont jamais. Pour eux, tueurs nous sommes, monstres nous sommes. Et au fond, comment les en blâmer totalement, dans une société où la mort est le pire des maux, cachée dans les hôpitaux, les hospices, crainte au-delà de tout ? Mais ne laissons pas ces discours sans réponse. Faites de cette édition des Ch’ti Fox Days un succès, et soyez l’exemple de la Chasse Durable et de la chasse respectueuse, pour qu’enfin le chasseur retrouve sa juste place dans les esprits.

C.A.

Fermeture de la chasse aux oies le 10 Février

Avis : à lire, cet arrêté qui fixe la fermeture de la chasse aux oies. C’est pour bientôt !

JORF n°0026 du 31 janvier 2014 page 1833 NOR: DEVL1401519A

Arrêté du 30 janvier 2014 relatif à la chasse de l’oie cendrée, de l’oie rieuse et de l’oie des moissons au cours du mois de février 2014

Le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie,
Vu le code de l’environnement, notamment les articles R. 424-9 et R. 424-15 ;
Vu l’arrêté du 19 janvier 2009 relatif aux dates de fermeture de la chasse aux oiseaux de passage et au gibier d’eau ;
Vu l’avis du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage en date du 28 janvier 2014 ;
Vu la mise en ligne du projet d’arrêté effectuée du 21 janvier au 28 janvier 2014,
Arrête :

Article 1
Par exception à l’article 1er de l’arrêté du 19 janvier 2009 susvisé, pour la saison 2013-2014, la date de fermeture de la chasse de l’oie cendrée, de l’oie des moissons et de l’oie rieuse est fixée au 10 février 2014.

Article 2
Les prélèvements ne peuvent être pratiqués qu’à poste fixe. Le trajet jusqu’au poste fixe se fait avec fusil déchargé à l’aller et au retour du poste.
Seul est autorisé l’usage d’appelants à l’attache des espèces dont la chasse est ouverte.

Article 3
Le directeur de l’eau et de la biodiversité est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 30 janvier 2014.

La Chasse pour les Nuls

Pour expliquer la chasse et la faire découvrir aux ignorants, il manquait un livre de vulgarisation et la fameuse collection « Pour les Nuls » s’est attachée à publier un tel ouvrage. Voici donc La Chasse pour les Nuls que l’on doit à deux experts incontestés de l’information cynégétique : David Gaillardon, responsable communication de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), et Antoine Berton, directeur de la rédaction du Chasseur Français et de la Revue Nationale de la Chasse.

Avec un contenu assez dense pour analyser tout ce qui constitue l’activité de chasse, ce livre ne cache pas son caractère d’encyclopédie car rien ici ne manque pour expliquer la chasse, pour en traiter les aspects historiques ou réglementaires, pour présenter les armes, tous les gibiers, les chiens, les différentes pratiques ou pour livrer encore quelques réflexions sur l’évolution de la chasse et son futur.

Au-delà d’un exposé factuel traitant du cœur du sujet, les digressions ne manquent pas pour évoquer bien des à-côtés de la chasse et en montrer toute la richesse sociale et culturelle car, à propos de la chasse, il faut savoir aussi parler de musique, de peinture, de littérature, de cuisine, de mythologie et de bien d’autres choses encore.

Ainsi, ne laissant rien au hasard, David Gaillardon et Antoine Berton se sont livrés à un patient travail de recherche et de réflexion pour ne rien oublier de tout ce qui mérite d’être dit à propos de la chasse et pour montrer combien elle est légitime.

A propos de chasse en France, du fait de la diversité des territoires, des gibiers, des cultures, des traditions et des méthodes, il y a tant et tant à savoir que bien des adeptes de cette activité trouveront dans ces pages mille choses à apprendre.

First Editions –  480 pages –  29,95 €

« les Chasseurs ont du Coeur » : La chasse, une passion du partage

En décembre 2012, la Fédération Nationale des Chasseurs d’Indre et Loire lançait sur son initiative une opération de solidarité qui a rencontré un succès certain. Cette année, on remet  le couvert pour une seconde édition. L’opération, intitulée « les Chasseurs ont du Cœur », consiste à distribuer gratuitement aux personnes dans le besoin de la viande de gibier de premier choix.

963968_581406131927734_1905797843_o

En partenariat avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, la Banque Alimentaire de Touraine et douze artisans bouchers volontaires, c’est pas moins d’une tonne brute de venaison qui a été prélevée et offerte par les chasseurs du 37 pour être préparée en 800 portions (pour 500 kilos de gibier préparé, des parts généreuses donc), et distribuée à 56 associations locales de secours aux plus démunis desservis par la Banque Alimentaire de Touraine.

La venaison ainsi distribuée est une viande de qualité dûment contrôlée avant traitement, labellisée « Gibiers de Chasse – Chasseurs de France », et a de quoi réchauffer bien des foyers à l’approche des Fêtes. En ces temps peu généreux, levons notre chapeau aux chasseurs d’Indre et Loire qui véhiculent des valeurs de partage et de solidarité, et souhaitons que l’initiative trouve un écho dans d’autres départements !

Réforme sur les armes : le voile est levé, pour le bonheur de tous !

Cet automne 2013 aura été marqué par une série de réunions visant à encadrer l’interprétation d’un ensemble d’arrêtés et de décrets, constituant une réforme européenne sur les armes. Les craintes de voir les détenteurs légaux d’armes à feu (tireurs sportifs, chasseurs et collectionneurs) encore pâtir d’une réforme mal faite se révèlent infondées et l’on peut saluer le travail acharné du Comité Guillaume Tell durant les presque 5 ans qu’ont duré les négociations.

Retour sur la chronologie d’une réforme de longue haleine

Cette réforme fait suite à la modification de la directive européenne sur les armes, effectuée en 2008. Le véritable parcours du combattant du comité Guillaume Tell, qui a consisté en quatre ans de discussions, négociations et efforts de conviction a débuté par la suite, dès le début de la transposition de la loi européenne en France. Ces travaux ont commencé à porter leurs fruits en 2011, quand une proposition de loi a enfin été votée, à l’unanimité, succès confirmé l’année suivante avec le vote de la loi définitive.

2012 et 2013 ont été consacrées à la négociation puis à la rédaction d’une soixantaine de décrets d’application et d’arrêtés. A l’issue de ce périple, la réforme sur les armes peut être qualifiée d’avancée et satisfait en tous points le comité Guillaume Tell, en ne pénalisant pas les utilisateurs légaux d’armes, en clarifiant et simplifiant la législation qui en avait grand besoin auparavant, et en prévoyant des peines plus sévères et dissuasives à l’encontre des délinquants et trafiquants.

Plusieurs avancées sont induites par cette réforme, en particulier :

  • La simplification de la classification des armes à feu
  • Une nouvelle définition du statut de collectionneur et des armes de collection
  • Un renforcement des sanctions et du code Pénal vis-à-vis des délinquants et trafiquants d’armes
  • Une clarification des conditions de port, transport et vente à distance des armes.

De plus, notons que la chasse sera ouverte à de nouveaux calibres d’armes, ceci dans le cadre d’une réglementation respectueuse des exigences de sûreté publique.

Le comité publie sur son site de plus amples informations et met à disposition de tous des documents à télécharger concernant la nouvelle réglementation et le nouveau régime d’acquisition des armes de chasse. Vous trouverez ces éléments en cliquant sur le lien ci-après :

 

http://lecomiteguillaumetell.fr/vos-principales-questions-2/

 

Hutte pédagogique

Découvrir, gratuitement, la chasse de nuit du gibier d’eau, c’est désormais possible !

Dans le cadre de son programme d’initiation et de découverte de la chasse du gibier d’eau, la Commission « Gibier d’Eau et Migrateurs » de la Fédération Départementale des Chasseurs du Calvados vous propose de découvrir les spécificités de cette chasse traditionnelle.

Objectifs : accueillir et présenter à un public non initié, ou ayant peu de pratique, les particularités de la chasse du gibier d’eau dans le Calvados et plus spécialement celles de la chasse de nuit (appelants, attelages, pique, vents, marées, réglementation, sécurité, gestion de biotope, reconnaissance des espèces chassables et protégées, munitions, …)

Public visé : essentiellement des jeunes chasseurs ayant peu de pratique et disposant de peu de moyens pécuniaires pour louer un tour de hutte. D’autres personnes peuvent être accueillies : médias, néophytes, chasseurs venant de départements où la tradition de chasse de nuit n’existe pas (invitations), scolaires, bénévoles impliqués avec la FDC14.

Lieu : le marais de Dives, situé sur la commune de Goustranville. La hutte, spacieuse et confortable, offre la possibilité de recevoir jusqu’à quatre personnes encadrées par deux tuteurs.

Renseignements et inscriptions :

Administrateur responsable du projet, Denis Achard  : 06 21 31 13 73,

Technicien gibier d’eau, Antony Robin : 06 19 03 70 20

Secrétariat de la FDC 14, Claire Gréau : 02 31 44 24 87

Lancement de l’enquête nationale « Tableaux de chasse 2013/2014 »

Mieux connaître pour mieux gérer, telle est la philosophie qui a présidé au lancement de l’enquête nationale ‘‘prélèvements’’.

Cette enquête, initiative conjointe de l’ONCFS et la FNC, repose sur 60 000 chasseurs tirés au sort qui ont reçu un questionnaire par voie postale et qui sont invités à le remplir anonymement, sur papier ou via un site web dédié jusqu’en fin mars 2014. Les données recueillies seront analysées scientifiquement par l’ONCFS et les résultats seront publiés conjointement par les deux organismes. La chasse s’inscrit dans le développement durable et ne peut échapper aux règles environnementales. Comme tout utilisateur de ressources naturelles, les chasseurs se doivent désormais de communiquer leurs prélèvements sur la faune sauvage. Cette enquête s’inscrit dans la suite de celles qui ont été menées depuis 40 ans et qui ont contribué à apporter une meilleure connaissance et à développer une bonne gestion des espèces chassables.

Comment ça marche ?

Simple et rapide, ce questionnaire permettra au chasseur sélectionné d’indiquer, en début de saison de chasse, en moins de 10 minutes, les modes de chasse pratiqués, les espèces chassées, l’ancienneté à la chasse et les départements de chasse. Puis, en fin de saison de chasse, le chasseur renseignera le type de validation du permis de chasser choisie et le tableau de chasse réalisé pour la saison pour chaque espèce et chaque département de chasse. Pratique, ce questionnaire pourra être rempli sur internet ou renvoyé par courrier prépayé à l’adresse indiquée sur le questionnaire, au plus tard le 31 mars 2014. Une relance sera faite en mai 2014. L’analyse des données et la synthèse de l’enquête auront lieu au second semestre 2014. Le bilan de cette enquête sera publié début 2015.