Chasse et politique

François Patriat, sénateur de la Côte d’Or, et Etienne Blanc, député de l’Ain, confrontent leurs points de vue sur une chasse de gauche ou de droite.

Chasse de droite ?

Pour Etienne Blanc, nul doute, la chasse est bien une idée de droite car elle est synonyme de liberté, de quête individuelle. Avant la Révolution, la chasse est un privilège qui appartient aux seigneurs, l’organisation de la chasse dépend de leur volonté souveraine. Après la fameuse nuit du 4 août, la chasse devient populaire et démocratique et le gibier « res nullius ». On peut donc parler d’une chasse de droite pendant l’Ancien Régime et d’une chasse de gauche à partir du nouveau régime. Ceux qui chassent sur leur propriété et territoire seraient plutôt de droite. A l’inverse, ceux qui chassent sur autrui (ACCA, chasse banale) seraient plutôt de gauche. Sur l’aspect philosophique lié à la mort de l’animal, il y a un vrai clivage gauche/droite. Pour les défenseurs de la « deep ecology », il n’y a pas de différence entre l’homme et l’animal. Il faut supprimer toutes distinctions entre les deux et donc donner les mêmes droits aux uns comme aux autres. Ce principe d’égalité est éminemment une idée de gauche.

En conclusion, la chasse, dont l’essence même est la liberté d’aller et venir et de disposer de son territoire, est donc plutôt une idée de droite. Or, désormais observée, suivie et réglementée, n’aurait-elle pas tendance à basculer à gauche ?

Chasse de gauche ?

Pour le socialiste François Patriat, il y a 20 ans, à la campagne, la chasse ne posait pas de problème politique. C’était une passion qui unissait tout le monde. Pour lui, la politisation de la chasse apparaît en 1989 avec le mouvement CPNT qui réalise un score remarquable en unissant chasseurs, pêcheurs et ruraux. Désormais, pour lui, la chasse est à droite. La chasse populaire, celle du samedi et du dimanche, celle des ouvriers, était de gauche. Mais désormais, la classe ouvrière ne vote plus à gauche ! Ensuite, la chasse s’identifie à la ruralité et la ruralité vote à droite. Enfin, à l’Assemblée Nationale, la chasse est mieux défendue par la droite, la gauche étant empêtrée dans ses alliances avec les écologistes.

Retrouvez l’intégralité des débats dans la revue « Le Saint-Hubert » n° 97 (septembre-octobre 2011), à commander auprès du secrétariat du SHCF au prix de 6 euros (frais de port inclus).